Gibson Les Paul BFG MoorTone

Gibson s’était bien investi pour « déconstruire » la Les Paul avec ce modèle un peu « rugueux », très orienté « gros » rock. MoorTone a fait une partie du chemin adverse, en partant de cette BFG pour se rapprocher d’une interprétation plus traditionnelle de la Les Paul (photo 1).

Pourquoi partir d’une BFG, alors ? Pour le look « serpent » de la table non « sanded », sur laquelle chaque coup de gouge donne l’impression d’une écaille de reptile. Pour la légèreté (la BFG est une Les Paul chambrée, considérablement moins lourde qu’une Les Paul traditionnelle). Et aussi pour le routing particulier des micros – à l’origine une association d’un Burstbucker et d’un P90.

Le travail a d’abord consisté à rétablir le câblage traditionnel d’une Les Paul : on s’est donc débarrassé du killswitch, et réimplanté la combinaison habituelle d’un sélecteur en position haute (photo 8), avec deux potentiomètres de volume et deux potentiomètres de tonalité. Il a fallu pour ce faire remettre un peu de bois pour réduire le diamètre du trou correspondant au sélecteur afin que le potentiomètre venu le remplacer ne nage pas. Des inserts circulaires en platane ont été collés en applique de chaque côté de la table, puis repercés au bon diamètre – opération parfaitement invisible une fois terminée (photo 2).

Le circuit a été refait avec du câble « braided » type vintage, des potentiomètres CTS 500K sélectionnés et appairés, un sélecteur toggle et une sortie de jack Switchcraft, avec deux rares condensateurs Sprague Vitamin Q en New Old Stock. Les plaques transparentes particulières à la BFG ayant été conservées, on peut ainsi profiter de la vue sur les cavités techniques de la guitare, soigneusement passées à la peinture noire conductrice, pour parfaire le blindage électronique du circuit (photos 9 & 10).

Le P90 d’origine a été échangé pour un mini-humbucker bobiné à la main aux USA par Smits Handwound Pickups (photo 7), tandis que le humbucker en position bridge est désormais un Gibson Classic 57 (photo 6). A noter que les micros sont en opposition de phase en position commune, afin de donner l’effet « Peter Green wiring » !

Le travail d’optimisation de la transmission des vibrations s’est appuyé sur la combinaison d’un cordier en aluminium fabriqué par Faber en Allemagne sur le modèle des cordiers historiques des Les Paul du début, associé à un chevalet TonePros équipé de pontets GraphTech, le tout parfaitement couplé à la guitare par des locking studs Faber pour le cordier – le chevalet étant lui verrouillable sur le montage de type Nashville d’origine (photos 3, 4 & 5).

La transformation de la guitare a été complétée par l’ajout d’un pickguard spécialement taillé pour la combinaison particulière des micros, et le remplacement des mécaniques Grover d’origine, de forme « Kidney », par les mêmes en forme « Tulip » (photo 11).

Le résultat est une Les Paul légère, originale, à la fois classique et rebelle, avec un sustain incroyable et une versatilité étonnante recouvrant une gamme très étendue de sons possibles.
Une Gibson « Haute Couture » à partir d’un modèle prêt à porter un peu trop cantonné à un seul genre !